Connexion

Actualités

Toutes les actualités

Terre à Terre 2009 - New Holland T7000 AutoCommand

Terre à Terre 2009 - New Holland T7000 AutoCommand

Les premiers tracteurs à variation continue New Holland sont sortis en 2002. La transmission continue New Holland propose quatre modes de travail et mise sur la facilité de prise en main. Explications de Loïc Morel, responsable produits tracteurs New Holland. Et présentation du T 7000 AutoCommand, tracteur essayé dans le cadre de Terre à Terre 2009.


(© Terre-net Média)

Fiche technique
Moteur : Fiat power Train NEF
Puissance nominale* : 182ch / 134kw (Iso)
Cylindrée : 6 cylindres, 6728 cm3
Couple maxi : 938N/m
Transmission CVT
Nom commercial : T7000 AutoCommand
Nom de la transmission : AutoCommand
Inverseur : sous charge
Régime de prise de force : 1000/1000E
Système hydraulique : CCLS
Débit pompe : 150 l/mn
Distributeurs : 4
Capacité de relevage : 10,5 t derrière, devant 3,62T
Poids à vide : 8,6 t
PTAC : 13 t
Equipements de série : levier hydraulique en croix, écran tactile Intellivision 3, autoradio Bluetooth, garde-boue avant, prise de force 6 et 21 cannelures
Prix standard : 121.314€
Prix du modèle essayé : 121.314€
*Tous les chiffres sont issus de documents constructeurs

New Holland mise sur la facilité de prise en main

Les premiers tracteurs à variation continue estampillés New Holland ont débarqué sur le marché en 2002. La firme a d’abord développé cette technologie sur des tracteurs de 140 à 190 chevaux, avant de l’élargir aux puissances de 190 à 215 chevaux dès 2005. Toujours sur des modèles haut de gamme. Mais la sortie de la série T7000 Autocommand marque cette année une grande étape : « Avant notre transmission était fabriquée par Steyr, mais nous la construisons désormais nous-mêmes dans l’usine CNH d’Anvers », explique Loïc Morel, le responsable produits tracteurs New Holland.

Fonctionnement

Le mouvement du moteur rentre sur un double train épicycloïdal puis il est démultiplié par trois synchroniseurs, et une unité hydrostatique de faible cylindrée fait varier le double train épicycloïdal. « Nous restons sur une technologie plus mécanique qu’hydrostatique, souligne Loïc Morel. A l’intérieur de cette transmission, nous avons en effet conservé quatre rapports mécaniques afin d’obtenir de meilleurs rendements, notamment au champ. Nous étions réputés pour avoir une très bonne transmission donc nous tenions absolument à conserver cette fiabilité. »

Quatre modes de conduite


(© Terre-net Média)
La transmission continue New Holland propose quatre modes de travail :

  • Auto : le conducteur s’occupe uniquement de la vitesse et le tracteur fait le reste. « C’est le mode le plus économe car il opte pour le meilleur rapport en fonction de l’avancement. Il est d’ailleurs choisi dans 90 % des cas, hors utilisation de prise de force. »
  • Cruise control : « C’est un peu l’équivalent du régulateur de vitesses sur une voiture, résume Loïc Morel. On peut enregistrer six vitesses et quand on en choisit une, le tracteur accélère jusqu’à l’atteindre puis il la conserve. On peut tout de même, par sécurité, toujours accélérer, et il suffit de freiner pour le désactiver. »
  • Prise de force : C’est la priorité au couple. Le tracteur adapte la vitesse pour conserver le régime demandé. 
  • Manuel : « On découple le langage moteur-transmission. C’est le conducteur qui choisit le ratio de transmission : il peut par exemple demander à rester à 2200 tours à 30 km/h. C’est peu utilisé en France. Mais c’est par exemple utile quand on a besoin d’un régime très élevé, pour travailler dans des conditions très humides. »

Il n’y a que pour passer en mode Manuel ou Cruise control que le conducteur doit intervenir car le tracteur se met, par défaut, en mode Auto, et le mode prise de force s’enclenche automatiquement dès qu’on en branche une.

Facilité de prise en main


(© Terre-net Média)
Toutes les commandes se gèrent à partir de l’accoudoir et du joystick. Ce dernier reprend le concept des ensileuses FR 9000, qui a déjà fait ses preuves. « Nous avons choisi une technologie à impulsions : quand on pousse le levier, on avance. Quand on tire, on ralentit. » Mais la vitesse peut aussi se régler à la pédale. « Pour l’ajuster, c’est plus précis à la main, mais pour atteler tout doucement, certains préfèrent le faire au pied. On donne toujours le choix. Notre priorité était vraiment la facilité de prise en main. On voulait à la fois que l’interface utilisateur soit très simple et intuitive, mais aussi qu’elle offre le maximum de possibilités de réglages, via l’écran tactile. »

L’inverseur s’active, quant à lui, de trois manières : par un bouton inverseur sur le joystick, par le levier à gauche du volant ou par le joystick « double-clic ».


08/06/2009 17:35